image_t4_67908C'était le titre à la une de Libération hier.Les dernières tonnes de béton viennent d'être coulées sur le Yang-Tsé, dans la province chinoise du Hubéi ce samedi 20 mai. La fin du plus gros chantier récent de la planète est révélateur évidemment de la puissance de la Chine qui ne cherche plus seulement à développer sa seule façade Pacifique. Il rappelle la nécessaire maîtrise de l'eau et de l'énergie: le barrage devrait réguler le cours du Yang-Tsé et éviter des inondations comme celle de 1998 qui tua près de 2000 personnes, les 26 turbines monstrueuses produiraient l'équivalent  en électricité de 18 centrales nucléaires. Un chantier révélateur aussi de  l'autoritarisme du régime car prison et matraque guettent les opposants : le barrage est très controversé écologiquement et aussi  socialement puisque plus d'un million de personnes ont été déplacées...