Les adjectifs seraient-ils des mots nuisibles à la littérature? Lio me fait remarquer très justement qu'ils donnent de la chaleur à la phrase et  mon correspondant se propose d'écrire un texte tout en adjectifs, histoire de "faire bisquer Claudel"!  Sans doute l'adjectif  et l'adverbe sont-ils  malheureux s'ils donnent l'impression  de corriger un nom ou un verbe  trop faible, s'ils portent des clichés, s'ils signent la facilité, l'impersonnel,  le remplissage, l'illusoire plaisir de la phrase bien tournée. D'ailleurs, nom, verbe, adjectif ..."rien en matière de langue  n'a de valeur en soi. C'est le résultat qui lui en donne une". Charles Dantzig, Dictionnaire égoïste de la littérature française, Grasset,p13.

Dans le journal l'Equipe, du 14 septembre, Mats Wilander tient à peu près le même discours à propos de Roger Federer : le vainqueur de l'US Open  se concentre moins sur son jeu que sur la nécessité de la victoire. Son adversaire Agassi le confirme: "il y a un sentiment d'urgence sur chaque point, sur chaque coup".federer

Sport ou littérature, l'important est le style  personnel et le résultat. Le  talentueux Suisse de 24 ans  ne me contredira pas.