06 janvier 2013

Of mice and men

Ce samedi 5 janvier à Dinard. Je retrouve des amis pour qui l'année 2012 n'a pas été heureuse. Nous allons faire un tour en ville, puis nous marchons de la pointe de la Malouine jusqu'à la plage de Saint Enogat. Un ferry revient d'Angleterre. Pas de soleil.Christophe cuisine toujours aussi bien.Je rentre à 22h30 à Longueville. Je suis heureux de retrouver la maison.J'ai acheté dans une librairie de Dinard "of Mice and Men" en anglais. Je lis au lit le premier chapitre. On nous avait fait étudier "des souris et des hommes" en classe de... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 22:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 mai 2012

Du Fort national à la pointe de la Varde

Ce jeudi d'ascension, nous partons du fort national à pied, sur l'immense plage du sillon que commence à peine de recouvrir la marée montante.Je ne vois jamais les brise-lames de Saint Malo, ces chênes d'Ille et Vilaine enfoncés dans le s...able, sans me souvenir des jeux de Chateaubriand enfant. "Nous grimpions ordinairement au haut de ces pieux pour voir passer au dessous de nous les premières ondulations du flux".J'ai joué petit garçon et plus tard adolescent sur cette grève. Les clous me dissuadaient de les escalader.Nulle... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mai 2012

Randonnée à Saint Sulpice la forêt

 Cet après-midi, nous avons randonné près de deux heures avec notre mère en forêt de Rennes. Joli parcours depuis les étangs des Mafrais jusqu'au village de Saint-Sulpice. Odeurs de lilas, de premiers foins. Nous nous sommes un peu égarés. Maman tient la forme quoiqu'elle en dise. Un peu de repos avant la reprise de la campagne électorale. Je lis en allemand der Zauberberg de Thomas Mann.  La réflexion sur le temps: est-il une donnée objective ou subjective? On mesure le temps par des espaces, ceux parcourus par les... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 22:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
06 mars 2011

Sommeils, Du côté de chez Swann (3)

Ce dimanche 6 février, en tout début d'après-midi, aux abords du château de Sablé sur Sarthe. Soleil et air vif. Un jeune homme lisait sur un banc un manga... "J'appuyais tendrement mes joues contre les belles joues de l'oreiller qui, pleines et fraîches, sont comme les joues de notre enfance". Marcel Proust, Du côté de chez Swann. Je m'endors tard et me réveille vite. Mon sommeil est celui, inquiet, d'une sentinelle. Le narrateur du roman de Proust cherche au réveil sa propre identité. Souvent les repères de temps et d'espace... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 23:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2011

Jullouville, langage, Sucre Quote

Sur la plage de Jullouville ce midi, un collègue d'EPS pratiquait du skitesurf. Paul Auster. Les rapports des mots au monde. Et si la chute que nous rapporte le troisième chapitre de la Genèse avait été celle du langage? Rien à voir. Je me souviens en souriant d'une réplique de Sucre entendue hier: "there are only three certain things in life: death, taxes and count". Prison Break, S1, "Riots, Drill.." J'ai envoyé un courrier ce matin. En en relisant une copie, je me suis dit que son destinataire pouvait... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 23:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
28 juillet 2010

Charlottenburg, Reinhard Jirgl

Après la visite du château, nous nous attardons sur les pelouses de Charlottenburg. Je lis "Abtrünning.Roman aus der nervösen Zeit" de Reinhard Jirgl, gros livre dont le sens m'échappe en partie. Ce roman est un peu le Berlin Alexanderplatz des années 2000. Un garde-frontière allemand rencontre une réfugiée ukrainienne, peu après la chute du mur... Comme il commence de pleuvoir, je laisse là ma lecture et nous repartons à pied vers la bouche de métro....
Posté par chaque homme à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juillet 2010

Teufelsee, Berlin Alexanderplatz

Assis sur le sable et l'herbe du Teufelsee, je poursuis un peu la lecture de ce fameux Berlin Alexanderplatz. Il n'est pas toujours facile d'isoler les voix et les inserts de ce gigantesque collage littéraire. J'avais entendu Olivier Le Lay expliquer à Rennes qu'il lui avait fallu deux ans pour traduire en français ce gros livre de la littérature allemande: une première année d'immersion, d'exploration, une seconde de travail sur le souffle, les articulations, les sonorités. Les dernières étant les plus difficiles. Lire... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juillet 2010

Uriage, Modiano

Comme nous sommes revenus tôt dans la vallée, je propose d'aller "faire un tour" à Uriage: boire une bière, acheter l'Equipe, croiser des curistes, lire allongés sur l'herbe. Un père de famille métis, nonchalant et nerveux, veille sur son petit garçon: une occupation à plein temps, car le gamin réclame une attention constante... Je lis les dernières pages de l'horizon et pense à toutes ces "rencontres sans avenir" de nos vies. Que signifient toutes ces intimités sans lendemain? Nous avons la mauvaise idée... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juillet 2010

Retour du Charmant Som, Voltaire au travail.

La pluie n'a pas duré, mais elle nous a dissuadé de prendre un long itinéraire pour revenir vers la voiture. En descendant du Charmant Som nous nous sommes arrêtés dans un chalet pour boire une chocolat chaud et manger une tarte aux myrtilles. Incident ridicule: en cherchant de la monnaie, j'ai cru avoir laissé mon portefeuille tout là-haut, au sommet du Charmant Som. Et je me voyais déjà refaire l'ascension en courant, arriver à bout de souffle et chercher énervé mes papiers au milieu des rochers. Heureusement il n'en était... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 14:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juillet 2010

Charmant Som, Modiano, couloirs du temps

Au sommet du Charmant Som ce jour là, il n'y avait guère que nous et quelques couples d'étudiants. Nous avions à peine mordu dans notre pain, qu'il se mit  à pleuvoir dans une atmosphère tout à coup rafraîche. Nous étions à 1867 mètres. "Les couloirs du temps". L'expression de Modiano rappelle les farces du film les Visiteurs. Nous ne vieillissons pas tous au même rythme. Passé un certain âge, nous le remarquons quand nous croisons les amis de jeunesse et nous faisons ce constat: tous côte à côte, mais chacun dans un... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]