Léviathan‎"Jusqu'à la mort on appartient à ceux qu'on a aimés". Julien Green, Léviathan, Pléiade 1, p 665.
Je me réveille, angoissé, dans ma chambre de Rennes. Le lit à côté est vide. Pas de livre posé sur le sol, pas de montre. Je commence à souffrir.
Je relis Leviathan, le roman de Julien Green. Le style un peu désuet n'enlève rien à la limpidité des phrases. C'est l'histoire d'un homme, Guéret, dans une petite ville de province, poussé par le désir vers une jeune fille complaisante envers les vieux messieurs, afin de leur soutirer pour sa patronne quelques informations.
Julien Green analyse finement les obsessions, les passions tristes que génère l'ennui. il sait aussi admirablement rendre compte de l'étrange beauté de notre monde.