31 janvier 2011

to or not to be, Lubitsch

Le monde est un théâtre. Lubitsch a retenu la leçon de Shakespeare. il fallait beaucoup de génie pour faire de Varsovie en flammes un décor de comédie. Le film est une satire féroce du fascisme, une réflexion sur les rapports qu'entretiennent les acteurs à la réalité, le couple et ses trahisons...
Posté par chaque homme à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2011

Perceval et l'honneur des femmes

Je grignotte du temps au lycée et au sport pour lire le roman de Chrétien de troyes Perceval ou le conte de Graal. A force d'accuser l'inexpérience du garçon, le texte nous découvre un jeune chevalier bien niais, qui prend un cavalier pour Dieu, une tente pour un moutier(église reliquaire)etc... La mère donne à son fils une leçon de courtoisie venue tout droit du XII ème siècle: "Beau fils, mettez vous au service des dames et des jeunes filles, et vous serez partout honoré." Elle ajoute ceci, qui me fait sourire:... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 21:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 janvier 2011

couple qui se sépare

Quand ceux qui nous sont chers se séparent, quand l'annonce nous est donnée sans qu'on ait vu venir les choses... on reste interdit, peiné, vaguement gêné  aussi car ces séparations nous renvoient à la fragilité de nos propres unions...
Posté par chaque homme à 21:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 janvier 2011

la démocratie

Je relisais ce matin un chapitre du livre pourquoi la Grèce? de Jacqueline de Romilly. L'helléniste rappelle que si Athènes n'avait peut-être pas inventé la démocratie, "elle avait été la première à prendre conscience de ses principes, à l'analyser"... j'ajouterais à en débattre. Deux attitudes sans lesquelles la démocratie n'aurait pu se développer au Vème siècle avant Jésus-Christ: l'invitation à la parole citoyenne, le respect des lois. "les lois écrites donnent au faible et au puissant des droits égaux".... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2011

Jullouville, langage, Sucre Quote

Sur la plage de Jullouville ce midi, un collègue d'EPS pratiquait du skitesurf. Paul Auster. Les rapports des mots au monde. Et si la chute que nous rapporte le troisième chapitre de la Genèse avait été celle du langage? Rien à voir. Je me souviens en souriant d'une réplique de Sucre entendue hier: "there are only three certain things in life: death, taxes and count". Prison Break, S1, "Riots, Drill.." J'ai envoyé un courrier ce matin. En en relisant une copie, je me suis dit que son destinataire pouvait... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 23:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 janvier 2011

Paul Auster, city of glass, traduction

Des déperditions qui accompagnent toute traduction. Je lis en ce moment la trilogie new-yorkaise de Paul en anglais  en regardant de temps à autre la traduction que propose Pierre Furlan. Je relève ceci, à la page 116 :"the burning bush" devient "le pot au rose". Je comprends la difficulté.La transcription littérale aurait donné "le buisson ardent", et la réplique aurait été incompréhensible. Et pourtant ce buisson arraché aux yeux du lecteur francophone disait beaucoup sur la problématique... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 09:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 janvier 2011

city of glass

A Rennes ce jour de l'an. Nous avons déjeuné chez ma mère d'un poulet et d'une charlotte au chocolat. Nous avons marché jusqu'au cimetiere, déposé des jacinthes sur la tombe de mon père, puis nous avons rendu visite à ma soeur. Il faisait gris. Cette promenade nous a pris une bonne heure. J'avais sous le bras City of glass, le premier volume de la trilogie New-Yorkaise de Paul Auster. Il est beaucoup question d'identité dans le premier chapitre, celui de l'interlocuteur anonyme qui téléphone trois fois dans la nuit, celui surtout... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 08:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 janvier 2011

Reinhard Jirgl

"J'entendis craquer les mailles délicates de ses bas, ce léger crépirement d'étincelles électriques, quand, toujours assise, elle ramena l'1contre l'autre ses jambes croisées auparavant l'1 sur l'autre". Rheinhard Jirgl,Abtrünning, traduction Martine Rémon. J'ai hésité pour classer ce billet. J'aurais tout aussi bien pu le publier sous la rubrique littérature, car ce roman, découvert à Berlin l'été dernier, est l'un des livres les plus réussis et certainement les plus ambitieux lu récemment. On l'a compris. Le... [Lire la suite]
Posté par chaque homme à 10:37 - Commentaires [3] - Permalien [#]