berlin_UAssis sur le sable et l'herbe du Teufelsee, je poursuis un peu la lecture de ce fameux Berlin Alexanderplatz.

Il n'est pas toujours facile d'isoler les voix et les inserts de ce gigantesque collage littéraire.

J'avais entendu Olivier Le Lay expliquer à Rennes qu'il lui avait fallu deux ans pour traduire en français ce gros livre de la littérature allemande: une première année d'immersion, d'exploration, une seconde de travail sur le souffle, les articulations, les sonorités. Les dernières étant les plus difficiles.

Lire Berlin Alexanderplatz, c'est partir à la rencontre de milliers de Berlinois des années 1927-1928, c'est marcher sur les planches, quand on éventrait la chaussée pour  construire le métro...