fant_masNaxos. La très belle page des Mots où Jean-Paul Sartre se souvient de ses premières émotions cinématographiques. C'était au temps des films muets:

"enfin je regardais l'écran, je découvrais une craie fluorescente, des paysages clignotants, rayés par des averses; il pleuvait toujours, même au gros soleil, même dans les appartements; parfois un astéroïde en flammes traversait le salon d'une baronne sans qu'elle parût s'en étonner. J'aimais cette pluie, cette inquiétude sans repos qui travaillait la muraille".

Mon plus lointain souvenir de cinéma date de 1967 ou 1968. Mémé F m'avait emmené à pied jusqu'à un cinéma d'un faubourg de Rennes, le Bretagne, où je vis le petit baigneur. Je crois me rappeler des couleurs vives sur l'écran, du faisceau de lumière poussiéreuse qui passait sur nos têtes, de la bonne humeur de l'histoire qui se communiquait à la salle, des rires. Longtemps j'associais le cinéma à la comédie...