G20"cancelled". Le mot en grosses lettres s'affiche au dessus du bureau d'enregistrement. Notre vol est annulé et il faudra patienter jusqu'en milieu de journée pour prendre un prochain avion.

J'achète le journal le Monde et m'efforce de prendre des notes sur le fameux sommet de Londres.

Je m'interroge sur la légitimité de cette rencontre informelle de vingt pays qui exclut le tiers de l'humanité, le tiers le plus pauvre. Un seul Etat pour tout le continent africain! Heureusement la rencontre de Londres n'est plus la réunion du seul club de riches, les grands pays émergents (Inde, Chine, Brésil...) sont là. Londres dessine un nouveau rapport de forces dans le monde, avec le couple Etats-Unis-Chine en tête. Quelqu'un a déjà parlé de "Chimérique".

Je ne comprends pas tout dans la longue énumération du communiqué final. Il semble qu'on luttera désormais contre les paradis fiscaux, les marchés financiers qui présentent un risque seront mieux contrôlés,  l'activité bancaire sera plus sécurisée, et le FMI aura plus de marges de manoeuvre. Les mots d'ordre seraient transparence et régulation.

Deux questions subsistent: le capitalisme peut-il être moralisé? Quels projets de sociétés pour notre humanité?