goodyearUn article du Figaro du jour: à Amiens, 64% des salariés des usines Goodyear ont rejeté la proposition de travailler plus (équipe supplémentaire, semaines de 35 heures et 22 week-end par an  contre 60 euros d'augmentation). La Direction suspend les négociations. Les entreprises, notamment les équipementiers automobiles, réclament un allongement de la durée du travail, justifié par les écarts de production avec l'Europe de l'Est et avec les pays asiatiques. Un grand troc semble se généraliser: emploi contre temps de travail. Non plus travailler plus pour gagner plus, mais travailler plus pour garder son emploi. La belle exigence de concilier compétitivité économique et  justice sociale risque de devenir de plus en plus délicate à mettre en oeuvre...