A Mélilla, enclave espagnole du Maroc, on a construit une troisième muraille, creusé un deuxième fossé pour empêcher les centaines de  jeunes hommes venus du Sénégal, du Mali, de Guinée et d'ailleurs de passer en Europe. Jusqu'à quelle hauteur faudra-t-il élever des murs de barbelés, combien d'orteils noirs se déchireront-ils dans ces escalades nocturnes, quelles traques dans les forêts marocaines endureront-ils, ces migrants pour que nous puissions dormir sur nos deux oreilles ? Politique répressive à court terme. Un rapport de l'ONU vient rappeler qu'on ne règle pas les problèmes migratoires par la construction de murs!