A la télévision ce soir, reportage sur Dubaï, un des Émirats du golfe persique. Ici, l'après pétrole se décline en tourisme et rage immobilère. Le plus haut hôtel du monde, le Burj el Arab , toise la tour Eiffel de quelques mètres. Des épis de sable et des îles  artificielles voient se construire  les villas pour riches. Artifice et laideur garantis ! 80% de la population sont des immigrés asiatiques auxquels les sociétés  qui les emploient, retirent les papiers dès leur arrivée pour les faire travailler jour et nuit sur les chantiers, brûlés sous le soleil ou noyés dans les vents de poussière. Salaires indécents, aucune protection sociale, pas de syndicat. On s'entasse à dix sept ou plus par chambre dans des camps construits pour abriter ces malheureux, la saleté est indescriptible. Des Chinois vivent dans des préfabriqués qui font penser aux stalags  nazis. Chaque semaine des ouvriers meurent sur les chantiers de Dubaï ou se suicident loin de leur famille , dans le meilleur des mondes libéral.