L'actualité donne la sensation pénible de vivre un cauchemar éveillé. Le martyrologe noir se poursuit: des enfants noirs meurent de faim au Niger, des cadavres noirs flottent dans les eaux de la Nouvelle Orléans, d'autres sont carbonisés dans des immeubles parisiens. A l'opposé, ma vie semble incroyablement préservée: je suis en pleine forme, la tête remplie de désirs et de projets, aimant et aimé de mes proches, à l'abri des soucis d'argent, sensible à la beauté de ce monde et ayant foi en un autre monde plus merveilleux encore. Le soir je cours sur le sable des plages de la Manche, faisant s'envoler devant moi des escadrilles de bécasseaux et de courlis et je nage au soleil couchant de cette fin d'été.