Ce samedi 27 août, nous rentrons de Haute-Savoie.Route longue. Je suis attristé de toutes ces campagnes,de tous ces  fleuves, bois, villes qui me séparent des Alpes et qui rendent impossible tout retour prochain dans mon cher Annecy. Il faudra attendre... L'hebdomadaire Mariane a intitulé l'enquête de la semaine: pourquoi les protestants ne protestent plus. Aujourd'hui, si  la quête spirituelle intéresse, l'appartenance à une institution religieuse soulève plutôt la méfiance, voire l'hostilité. je suis engagé dans une de ces institutions , l'Église réformée, ce qui ne va pas me faire que des amis parmi les bloggers. Pourquoi ce choix personnel alors que mes parents d'origine catholique sont passés à l'indifférence religieuse? Tout d'abord parce que je crois en Dieu, une foi ancienne sans dogmatisme  et avec ses doutes mais une foi permanente. Le Dieu de Jésus-Christ n'a jamais été très loin de moi tout au long de cette vie. L'Eglise réformée me donne cet espace où  vivre cette foi avec d'autres , où les rites sont simples, où les croyances  se déclinent  en une grande liberté de pensée ,où l'éthique proposée est celle de la responsabilité "qui implique que le choix individuel prime toujours" (Jean-Luc Mouton, directeur de Réforme).

Sans forcer les traits-car il y aurait beaucoup à nuancer-Jean-Jacques Rousseau a rendu justice aux Protestants dans ces lignes des Confessions: "Les Protestants sont généralement mieux instruits que les Catholiques. Cela doit être: la doctrine des uns exige la discussion, celle des autres la soumission. Le Catholique doit adopter la décision qu'on lui donne, le protestant doit apprendre à se décider".( livre second, édition Pléïade p65)